Amiante : où en est-on ?

Le 19 mars avait lieu le” Colloque amiante”, organisé par le Pôle Amiante Aquitain à l’Hôpital Xavier Arnozan de Pessac.
Deuxième cause de maladies professionnelles en France, l’amiante représente un risque toujours présent dans le domaine de la construction. Malgré son interdiction depuis 1997, de nombreux bâtiments en comportent encore.

Le pôle régional Amiante Aquitain avait  réunit les services de l’Etat et les partenaires intervenant dans le domaine de l’amiante, dont la CARSAT Aquitaine, de manière à coordonner leurs interventions dans le cadre de leurs compétences et à développer les actions de sensibilisation et d’information, dans un souci de prévention.

Créé en 2006, il est actuellement co-piloté par la DIRECCTE Aquitaine (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi) et l’ARS (Agence Régionale de Santé), dans le cadre du Plan Régional Santé au Travail (PRST) et du Plan Régional Santé Environnement (PRSE).
Il réunit un certain nombre d'Institutions concernées par cette problématique : la CARSAT Aquitaine, l'OPPBTP, la MSA (Mutuelle Sociale Agricole), la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) et l’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie).
Un des rôles de ce pôle amiante est de sensibiliser au risque amiante et de renseigner les employeurs sur la réglementation et son évolution, afin d'éviter l'augmentation du nombre de malades.

Lors de cette journée d’information, qui a réuni 230 personnes, le service Prévention de la CARSAT Aquitaine a présenté plus particulièrement deux cas reels d’interventions sur des chantiers amiantés, pour lesquels il a apporté son expertise :

  • Dans le premier cas, le service Prevention est intervenu, en coordination avec l’ARS et la DIRECCTE, sur le chantier de désamiantage d’un bâtiment incendié. Le bâtiment incendié était en effet mitoyen d’une zone pavillonnaire et d’une école de musique. Dans cette situation il était primordial de mettre en œuvre des mesures de prévention pour les salariés devant travailler sur le chantier, tout en veillant à la protection de la santé des populations riveraines.
     
  • Dans le deuxième cas, le service Prévention a apporté ses conseils à une entreprise d’électricité chargée d’intervenir dans un sous-sol empoussiéré de fibres d’amiante.
    Cette intervention dite « intervention en sous section 4 », consistait en la pose de nouveaux chemins de câbles et tirage de câbles, dans le vide technique d’un poste de distribution électrique, occupé par des anciens chemins de câbles en amiante-ciment dégradés.
    Le diaporama explique comment l’entreprise s’est organisée pour répondre aux exigences des nouveaux textes.

Pour en savoir plus consultez notre" Dossier amiante"


Commentaires (0)