Les cancers d’origine professionnelle : en savoir plus aujourd’hui

Le nouveau rapport "Santé travail : enjeux et actions" de l’Assurance Maladie Risques professionnels apporte un nouvel éclairage sur cette pathologie.

Un ouvrier retraité de 68 ans, habitant plutôt dans le nord de la France, qui travaillait dans le secteur de la métallurgie ou du BTP et a été exposé à l'amiante. Voilà le portrait type d'une victime de cancer professionnel dont le nombre a plus que triplé en 20 ans, selon l'Assurance Maladie.

Sur la période 2013-2017, 1 840 cancers professionnels en moyenne ont été reconnus chaque année en France, selon des données présentées jeudi par la branche Risques professionnels de l'assurance maladie.

Parmi ces cancers professionnels, 80 % sont liés à une exposition à l'amiante (70 % de cancers du poumon, 30 % de mésothéliomes, le cancer de la plèvre aussi appelé "cancer de l'amiante"). Pour les autres, il s'agit principalement de cancers de la vessie, naso-sinusiens et de leucémies.

Hors amiante, interdit depuis 1997 en France, l'exposition aux poussières de bois, au benzène et aux goudrons, bitumes et asphaltes est à l'origine de la moitié des cas, souligne l'assurance maladie.

Tous types de cancers confondus, l'âge moyen des personnes touchées au moment de la reconnaissance en maladie professionnelle est de 68 ans (73 ans en moyenne pour les cancers de l'amiante, 56 ans et demi pour les cancers liés au benzène) et les hommes sont très majoritairement concernés (96 %, contre un rapport 55/45 pour l'ensemble des cancers). Ils sont ouvriers dans 80 % des cas.

La prise en charge de ces cancers par la branche Risques professionnels représente un coût annuel de 1,2 milliard d'euros pour les entreprises. Mais beaucoup de cancers d'origine professionnelle ne sont pas déclarés, du fait notamment de la période de latence entre l'exposition et la survenue de la maladie (20 à 40 ans) ou des démarches à engager.

Pour en savoir sur les cancers reconnus d’origine professionnelle, consultez le rapport Enjeux et Actions sur cette pathologie.


Commentaires (0)