Téléphone au volant : une vidéo pour sensibiliser vos salariés

jeudi 06 février 2014

La vidéo que nous vous proposons dans cet article est un support de sensibilisation aux dangers de l’utilisation du téléphone au volant. Une de plus penseront certains… Certes. Mais cette vidéo dénote, interpelle… Et c’est bien là tout son intérêt.

Original et efficace. Voilà deux mots qui résument bien ce petit film de 2 minutes. Si le sujet n’est pas nouveau, la manière de le traiter est pour le moins décalée. Elle dénote des messages et campagnes chocs habituels. Cette initiative, que l’on doit à la fondation belge Responsible Young Drivers, est aussi une ressource très utile pour les entreprises désireuses de sensibiliser leurs salariés.

Quelques mots peuvent conduire à de gros maux
L’envoi ou la lecture d’un simple sms demande au moins 5 secondes d’attention... 5 secondes pendant lesquelles les yeux du conducteur ne sont plus rivés sur la route. Ecrire un message en conduisant multiplie ainsi par 23 le risque d’accidents. Pire encore. Lorsque l’on consulte ses mails, appli ou Internet, notre attention est d’avantage sollicitée.
Et gare aux idées reçues. L’utilisation de l’oreillette ou du kit main libre n’est guère plus sécurisante. Notre attention aura tendance à faiblir, se focalisant sur le devant de la route. Au détriment des rétroviseurs, des angles morts, de la signalisation et des autres usagers.

A pied, en vélo, tous égaux devant le risque
Les piétons et les cyclistes sont tout aussi concernés. Usagers de la route au même titre que les voitures, l’utilisation du téléphone peut altérer leur appréciation de situations dangereuses. C’est notamment les cas lors de la traversée de chaussée.
Face à une situation imprévue, notre temps de réaction augmente de 50% dès lors qu’on est en train de téléphoner. La distance parcourue pour s’arrêter est + longue et le choc… souvent + violent.

Bon à savoir. Aujourd’hui, près d’1/3 des conducteurs déclarent regarder leur téléphone lorsqu’il émet un son (appels, sms, mail, alerte)… Le pourcentage s’élève à 67% pour les moins de 35 ans.
Il ne faut pas oublier que le risque routier reste le 1er risque professionnel toutes catégories confondues. Il constitue un véritable enjeu de prévention pour les entreprises.